Moins de mental

Catégorisé comme Canalisations

Cette catégorie reprend des messages de ma propre voix intérieure, de mon moi intérieur, soit depuis l’oral que je retranscris, soit directement écrits. J’essaie de partager avec vous ce qui est universel ou ce que je sens qui peut aider à certaines personnes dans le processus d’éveil.

Comment Anne-Sophie peut s’autoriser moins de mental ?

Choisir. Choisir la fréquence. C’est uniquement placer l’attention sur l’autre fréquence. C’est choisir la radio, changer. C’est allumer la lumière. C’est faire le pas qui lui demande parfois beaucoup car il y a des vagues et donc c’est plus difficile de revenir à l’intérieur dans le calme.
Cela lui demande d’aller contre ce qui serait le plus facile : de rester dans les remous, et de plonger à l’intérieur pour trouver le calme et la justesse. Mais c’est comme un entraînement.

C’est comme quand il fait chaud à l’intérieur de l’eau et que c’est agréable, et qu’il fait froid à l’extérieur. Alors au début on ne se rend pas compte peut être parce que l’eau elle est peut-être froide à la base quand on rentre. Il n’y a pas beaucoup de différence ou alors il fait peut-être plus chaud à l’extérieur qu’à l’intérieur. Alors on reste à l’extérieur c’est agréable, on connait, on connait la plage, il n’y a pas d’inconnu, on sait, on voit ce qu’il y a : il y a la plage, les cailloux, le sable, les serviettes, les gens. Et on rentre dans l’eau et elle est froide. Mais plus on y reste plus on est à la maison, dans la chaleur parce que le corps ce réchauffe et ça devient notre maison et c’est l’inconnu mais c’est la joie de l’inconnu car on connait déjà la plage on connait déjà les cailloux, on connait déjà les gens alors on est content de la surprise d’être dans la mer l’inconnu de plonger de connaitre des choses nouvelles, et on ne ressent la paix, la paix qu’il y a à l’intérieur et alors on reste de plus en plus longtemps jusqu’à être complètement dans l’eau et devenir un poisson.

Alors il n’y a plus question de retourner sur le sable car ça fait trop mal. Le mental ça fait trop de mal alors on choisit la fréquence de coeur et on y reste car ça devient la maison, ça devient notre maison on est un poisson.
C’est plus facile l’eau que l’air, l’esprit / l’âme que le mental.

C’est plus facile la fréquence du coeur que la fréquence du mental.
C’est une immersion progressive mais il y a comme une reconnaissance qu’ici (dans le mental) ça devient très compliqué, très dans l’effort, ça devient de plus en plus difficile. Elle s’en rend compte. C’est trop difficile ici (dans le mental) il y a trop de mouvements, c’est pas paisible. Elle sait que la maison c’est ici (dans le coeur).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *